Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page
Home / Arrondir ses fins de mois / Comment demander une augmentation de salaire

Comment demander une augmentation de salaire

Savez-vous que l’absence de négociation vous fait perdre 857 000€ sur toute une carrière selon une étude du site salary.com ? Dans mon entourage, j’ai plein de salariés qui n’osent pas demander d’augmentation de salaire, soit parce qu’ils n’ont pas confiance en eux, et/ou parce qu’ils ont peur.  Cependant, lorsque l’on souhaite gagner plus d’argent, parfois le moyen le plus simple et le plus facile, c’est de demander une augmentation de salaire. En effet, c’est votre employeur qui vous donne une partie de votre argent, si ce n’est parfois la totalité de votre argent, vous pouvez alors espérer qu’il puisse vous donner “une rallonge”. Attention toutefois, demander une augmentation de salaire ne doit pas être pris à la légère, il faut savoir négocier et la demander au bon moment. Allez demander une augmentation lorsque les chiffres de la boîte sont mauvais et vous comprendrez où je veux en venir ! Nous allons donc voir dans cet article comment demander une augmentation de salaire : à quel moment il faut la demander, comment la négocier et que faire pour qu’elle soit acceptée. 

Avant de demander une augmentation

N’allez pas foncer la tête dans le mur et demander une augmentation sans réfléchir, c’est le meilleur moyen d’obtenir un refus et d’être en délicatesse dans la société par la suite. Avant de demander une augmentation, vous devez être sûr que vous n’êtes pas déjà trop bien payé en fonction de vos diplômes et de votre emploi. Parfois, certains postes sont vite plafonnés, je parle notamment des postes qui demandent le moins de qualifications. Pour savoir si vous êtes bien payé ou si vous pouvez espérer plus, votre meilleur ami s’appelle Internet. Vous avez les sites comme Onisep et CIDJ qui proposent des fiches métiers et sur ces fiches, sont données des fourchettes de salaire en tant que débutant, junior (1 à 5 ans d’expérience) ou confirmé (au-delà de 5 ans), ce qui vous donne une indication de là où vous vous situez par rapport à la moyenne. Poursuivez ensuite vos recherches sur des sites et magazines papiers spécialisés en fonciton de votre secteur, cela sera toujours plus précis. Si après ces recherches, vous voyez que votre salaire est dans la fourchette basse, vous pouvez faire une demande. À l’inverse, si vous êtes dans la fourchette haute, cela va être compliqué. 

Bon à savoir : les postes très recherchés sont souvent en position de force pour renégocier leurs salaires, je pense par exemple aux développeurs. À l’inverse, les conseillers de clientèle n’ont pas une grosse marge de manoeuvre car les recruteurs ont le choix. Parfois, sur certains postes, le plus intéressant pour mieux gagner serait de faire une reconversion professionnelle.  

Quand demander une augmentation ?

Il est très important de se préparer. Vous devez savoir combien vous allez demander, quelle est la justification à cette demande et qu’est-ce que vous avez fait pour la société depuis votre arrivée. N’allez pas les bras croisés demander votre augmentation ! Vous pouvez demander une augmentation seulement quand les chiffres sont au vert. Si vous n’avez pas accès aux chiffres, il suffit d’analyser l’humeur de votre employeur. Très souvent, lorsque votre employeur est tout sourire, c’est que tout va bien. Quand il est détendu, il y a fort à parier que le chiffre d’affaires est au beau fixe, et c’est dans ce type de moment que vous pouvez faire votre demande. 

Également, au fil du temps, vous risquez d’obtenir de nouvelles responsabilités. Celles-ci ne seront pas toujours inscrites dans votre contrat, mais peu importe : vous faites plus de missions qu’au départ, votre masse de travail et votre temps de travail ont augmenté, alors c’est tout à fait normal dans ce cas de demander une augmentation.  

En changeant de poste de manière officielle cette fois, en postulant à un poste plus haut placé, vous allez avoir plus de responsabilités et être ainsi en position de force pour négocier votre augmentation. 

Lorsqu’un salarié quitte l’entreprise en se trouvant dans un périmètre proche de vos missions, vous pouvez demander à reprendre certaines de ses missions et à ce moment, alors, vous pouvez également demander une augmentation. Cela se fait beaucoup dans les petites sociétés, car les entreprises se disent qu’elles pourront économiser un salaire et que vous payer un peu plus coûtera bien moins cher que de recruter quelqu’un d’autre. 

Lors de l’entretien annuel, une solution peut aussi consister à attendre de voir ce que pense votre manager et ensuite, éventuellement, lui présenter votre augmentation, tout en argumentant. Ainsi, si l’entretien annuel n’est pas favorable pour vous, vous savez d’ores et déjà qu’il ne sert à rien de demander une augmentation de salaire

Si vous souhaitez tout de même faire votre demande en dehors d’un entretien annuel (parfois certaines entreprises ne proposent pas d’entretien annuel), cela ne doit pas être fait à la légère. Vous ne devez pas le faire autour de la machine à café !

à ne pas faire

Demandez à voir votre responsable lors d’une réunion, fixez un rendez-vous en fonction de ses disponibilité et surtout justifiez votre demande. Sans parler de négociation, dites que vous souhaitez faire un point sur vos perspectives d’évolution dans la société par exemple. Cela va être bien vu, votre manager va se dire que vous êtes à l’écoute et que vous souhaitez évoluer. 

Comment argumenter son augmentation ?

L’argumentation doit être précise si vous souhaitez obtenir une augmentation, et sans cette argumentation, il sera difficile d’obtenir quoi que ce soit. Vous ne devez pas justifier l’augmentation uniquement parce que vous êtes là depuis un certain temps, mais plutôt montrer que depuis votre arrivée, vous avez réalisé ceci ou cela, chiffre à l’appui. En présentant des chiffres, déjà votre manager va se dire que vous maîtrisez votre poste, car la maîtrise des chiffres est importante, mais surtout il va pouvoir quantifier votre travail en valeur. Imaginons que vous ayez augmenté le chiffre d’affaires significativement, il sera alors plus facile pour lui de vous augmenter car vous avez contribué à faire gagner plus d’argent à l’entreprise. Vous devez présenter les atouts que vous apportez à l’entreprise et surtout vos résultats : 

“Depuis mon arrivée, le chiffre d’affaires a augmenté de 30%.”

“Depuis mon arrivée, les SAV ont baissé de 10%.”

Ça, c’est pour la partie correspondant à vos missions. Argumentez aussi auprès de votre employeur que vous vous sentez bien dans l’entreprise et dans l’équipe, que vous vous y voyez sur le long terme. C’est important : un salarié qui négocie son salaire peut être vu comme quelqu’un qui finira par partir quand son employeur ne pourra plus lui proposer d’augmentation. À vous donc de lui faire comprendre que vous vous voyez sur le long terme dans l’entreprise. 

L’une des meilleures façons également d’argumenter, est d’expliquer que vous connaissez le salaire moyen pour votre poste et que vous êtes en dessous, et qu’au vu de vos chiffres, vous souhaitez au minimum vous aligner sur le salaire moyen.  

Si une entreprise souhaite vous débaucher, vous pouvez aussi mettre cela dans la balance pour que votre salaire soit augmenté. En effet, vous pouvez dire que vous souhaitez rester dans l’entreprise, mais que vous avez une proposition de salaire supérieure et que vous êtes prêt à rester s’ils s’alignent, ou tout du moins s’ils augmentent votre salaire. Imaginez qu’on vous propose +10% par rapport à votre salaire actuel : vous dites à votre patron que vous souhaitez rester et qu’avec +5% sur votre salaire, ce sera le cas. Pensez-vous que l’entreprise va refuser ? Je ne pense pas !  

Attention, n’argumentez pas de la façon suivante : “je veux plus d’argent”, ce n’est pas un argument valable.

Il faut donner pour recevoir

Lors de votre rendez-vous, en premier lieu, vous devez demander quelles sont les attentes qu’a votre manager à votre sujet. En fonction de ce qu’il vous dira, vous lui expliquerez comment vous allez atteindre ces objectifs. Votre manager ne doit pas sentir que vous serez le seul gagnant de la société, vous devez aussi montrer votre motivation et attachement à celle-ci, lui expliquer que vous êtes motivé à bloc pour relever les nouveaux défis et que vous êtes prêt à tout donner en retour. En disant et surtout en montrant cela à votre manager, il ne peut que se dire que l’augmentation sera bénéfique. 

Quand ne pas demander une augmentation ?

Venir demander une augmentation quand le chiffre d’affaires de l’entreprise est en train de chuter, cela peut être très mal vu. En effet, l’entreprise peut penser que vous ne pensez qu’à vous car vous demandez une augmentation alors que les chiffres sont mauvais. C’est la pire chose à faire, négocier quand les chiffres sont dans le rouge… 

Combien dois-je demander ? 

Soyez raisonnable ! Si vous avez bien fait votre étude au préalable, vous savez combien vous pouvez demander. Attention, en demandant trop, cela peut être très mal vu par votre employeur, c’est à prendre en considération. 

Il est difficile de donner un montant ou pourcentage fixe car cela dépend de plein de facteurs, mais vous pouvez espérer en moyenne entre 1 à 3% d’augmentation. Ce pourcentage sera facilement accepté, et vous pouvez aussi aller jusqu’à 10% d’augmentation, mais plus vous allez demander, plus la négociation sera dure. Attention, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas demander plus, cela va dépendre du rapport de force : en fonction de vos compétences rares par exemple, du travail abattu depuis, de vos résultats, etc.. 

Vous pouvez proposer à votre employeur d’étaler sur plusieurs mois votre augmentation, tous les 6 mois par exemple. Cela montrera à votre employeur que vous envisagez un avenir à long terme dans l’entreprise. 

À qui demander une augmentation ?

à qui demander l'augmentation

La personne la plus à même de vous accorder une augmentation est votre responsable direct. C’est lui qui vous connaît : il connaît vos forces, il sait le travail que vous avez fourni. Vous devez donc, en premier lieu, faire votre demande auprès de lui, sauf s’il y a un service RH. Vous pouvez aussi contacter une personne aux ressources humaines, pour savoir combien vous pouvez obtenir. En effet, certaines boîtes ont des grilles tarifaires. Imaginons que vous soyez déjà dans la tranche la plus haute, dans ce cas nul besoin de faire votre demande à votre responsable, vous savez que la réponse sera non. Faites cela de manière officieuse : votre responsable peut être vexé de savoir que vous négociez votre salaire sans l’avoir prévenu au préalable. Prenez n’importe quelle excuse pour aller voir les ressources humaines et par la suite, si vous pensez qu’il y a une possibilité de négocier, allez voir votre manager.  

L’augmentation a été refusée, que faire ?

augmentation refusée

Tout d’abord, vous devez comprendre ce qui a bloqué, pourquoi l’augmentation a été refusée. En fonction de ça, vous saurez ce qu’il vous reste à faire par la suite pour que l’augmentation soit validée. Quand on souhaite obtenir une augmentation, on pense très souvent à augmenter son salaire net, mais il n’y a pas que ça. Vous avez plusieurs façons d’augmenter vos revenus sans augmenter votre salaire net. Votre responsable était OK pour votre augmentation, mais ça a bloqué au niveau de la direction par exemple ? OK, très bien, alors proposez-lui donc des avantages en nature : cela peut être une carte essence, un véhicule de société, des primes sur objectif… Les primes sur objectif sont très appréciées des managers car c’est du GAGNANT/GAGNANT

L’entreprise ne vous verse une prime (au passage moins taxée que le salaire net) que si vous atteignez des objectifs : augmentation du chiffre d’affaires, réponse à un nombre défini de clients, etc.. L’entreprise se dit que vous serez plus motivé, qu’elle a tout à y gagner et que vous aussi, vous serez gagnant. Si malgré cela, l’entreprise ne souhaite vous donner aucun avantage, restez en bons termes, montrez que vous êtes toujours motivé, augmentez vos performances au travail et réessayez quelques mois, voire une année plus tard, quand le point bloquant aura été travaillé. Si après 2-3 demandes, cela n’aboutit pas, vous pouvez considérer que l’entreprise n’a aucune intention de vous augmenter et aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.  

Les erreurs à éviter 

Si vous souhaitez obtenir une augmentation de votre salaire, ne faites surtout pas ce qui suit :

  • Ne pas argumenter votre  demande : certains négocient en disant “je veux de l’argent”, point ! Mettez-vous à la place de votre employeur : accepteriez-vous cette demande si elle n’était pas justifiée ?  
  • Ne pas connaître les salaires pratiqués dans votre secteur : si vous arrivez et demandez un salaire pas réaliste du tout, parce que vous êtes déjà bien payé par rapport à votre poste et votre expérience, ça sera mal vu. 
  • Ne pas avoir fait d’analyse de vos performances : vous demandez une augmentation, mais ne savez pas ce que vous avez apporté à la société. Comment en face de vous, votre manager aurait-il envie alors de vous augmenter ? 
  • Faire du chantage : “si vous m’accordez pas l’augmentation, je vais partir.” En commençant comme ça la négociation, vous débutez très mal et serez ensuite sur un siège éjectable. 
  • Ne faites pas votre demande si vous venez d’arriver dans la société : avant 1 an, vous ne pouvez pas espérer quoi que ce soit. En effet, en moins d’un an, vous n’avez pas encore fait vos preuves, vous devez laisser le temps et votre travail faire les choses, et vous pourrez alors, passé cette première année, demander une petite augmentation.  
  • “Mon collègue est mieux payé que moi” : véridique, j’ai déjà vu des collègues à moi aller négocier une augmentation sur cette base ! Mais le salaire de votre collègue dépend de plein de facteurs : ancienneté, diplômes, missions, négociations au préalable, etc.. 
  • Être ferme dans votre proposition : n’oubliez pas que c’est une négociation, vous ne devez pas dire “je veux tant et c’est tout”. Vous devez être flexible, il vaut mieux obtenir 5% que 0%. 
  • Fixer un ultimatum : donner un ultimatum à votre entreprise peut vous conduire à vous mettre dans une situation délicate. N’oubliez pas que c’est votre employeur qui est dans une position de force, car il vous paye. 
  • Lâcher prise après votre premier refus : vous avez obtenu un premier refus, ce n’est pas grave ! Ce n’était pas le bon moment, mais ce n’est pas pour autant que vous ne devrez plus redemander plus tard, et c’est surtout pas le moment de travailler moins dur. 

Si malgré tout ça, l’entreprise ne souhaite pas vous augmenter, il existe d’autres solutions pour gagner un complément de revenu ou même plus que ton salaire :

Reconversion professionnelle

Gagner de l’argent sur Internet et en particulier avec un blog

Arrondir ses fins de mois

Gagner un complément de salaire

Demander une augmentation de salaire, ça se prépare ! Vous ne devez pas faire cela à la va-vite et demander un montant sans avoir analysé les salaires moyens dans votre secteur. Vous devez aussi présenter votre demande quand c’est le bon moment : un mauvais timing et cela sera à coup sûr un refus. En plus, cela risque de vous mettre en difficulté dans la société. Si vous avez eu un refus, vous pouvez tout de même demander des avantages en nature. Si c’est également refusé, vous devez comprendre pourquoi ça l’a été et revenir un an après en ayant amélioré les points bloquants. Si malgré tout, après 2-3 demandes, vous n’obtenez pas d’augmentation, c’est que votre société n’accédera probablement jamais à votre demande, ou bien dans longtemps, alors vous pouvez chercher ailleurs et négocier votre salaire.  

À vous de jouer !

Avez-vous déjà demandé une augmentation de salaire ? Comment cela s’est-il passé ? A-t-elle été acceptée ? Réagissez dans les commentaires en partageant votre retour d’expérience, pour aider les lecteurs de cet article à obtenir une augmentation de salaire. 

Laisser un commentaire

5 Partages
Partagez2
Tweetez
Enregistrer3